Ce n'est pas chose facile que d'accompagner la crise de rage d'un enfant: cris, hurlements, peut-être des gestes brusques voire le besoin de jeter des objets, de taper. 
Dans notre société, nous avons tendance à valoriser les émotions calmes. La colère peut être perçue comme dérangeante, et difficile à accepter et à accueillir. 
Cependant, c'est un sentiment, comme la joie, la tristesse ou la peur. Et comme, tous les autres sentiments, il est utile de l'écouter, car derrière la colère se cache des choses qui ont pu être contenues et qu'il est bon de décharger, d'évacuer pour ne plus contenir tout cela.                                                                                
"Les parents sont souvent très inquiets face à ces scènes extrêmement bruyantes. Il ne s'agit cependant pas de "caprices", ni de troubles pathologiques du comportement, mais d'une conséquence de l'immaturité du cortex préfrontal et des circuits relayant l'information entre le cortex et le système limbique. Le cerveau supérieur n'est pas assez développé pour pouvoir gérer de tels orages émotionnel. Les tout-petits sont très fréquemment assaillis par ces émotions et ces impulsion primitive d'attaque ou de fuite. lls ne sont pas encore capable de prendre du recul, de réfléchir, d'analyser la situation. 
Il est fondamental de connaître et de comprendre que ce passage, ce moment de la vie ne durera pas si les adultes apaisent l'enfant au lieu de le réprimander plus ou moins violemment, en le menaçant, en criant, en s'énervant, en punissant ou en frappant." 
Catherine Gueguen - Pour une enfance heureuse 
COMPRENDRE LE PROCESSUS EMOTIONNELOn confond bien souvent émotions et sentiments. Les émotions sont un processus de décharge qui permettent de soulager l'individu. 
Sentiment de peur ---> décharge émotionnelle par les tremblements ou de la transpiration par exemple.
Sentiment de tristesse ---> décharge émotionnelle par les larmes, les pleurs
Cette décharge d'émotions va aider à la guérison. Imaginez que ces décharges sont des vagues qui nettoient tout sur leur passage. 
Vous lui demandez de se calmer mais cette crise EST sa manière de se calmer. Tout de suite après l'enfant est souriant, détendu, à la stupéfaction parfois du parent qui interprète que ce n'était que comédie." 
Isabelle Filliozat - J'ai tout essayé
DECHARGE EMOTIONNELLE = ECOUTE
Pour qu'une décharge émotionnelle soit possible, il faut qu'une personne puisse écouter et accueillir tout cela, et ainsi laisser évacuer les émotions pour laisser place nette.
" Ecouter, c'est d'abord se taire, laisser toute la place à l'autre, à l'expression de ce qu'il est, de ce qu'il vit. C'est à 93% grâce à notre langage corporel, notre regard, les mimiques de notre visage, la position de notre corps, les inflexions de notre voix que nous montrons notre attention à notre enfant (ou à un autre adulte)."
Catherine Dumonteil Kremer - Une nouvelle autorité sans punition ni fessée
LA COLERE ET LES CRISES DE RAGE
La colère est une émotion difficile, elle s'évacue par des crises de rage. Elle cache beaucoup de choses qui ne sont pas toujours visibles (c'est une émotion écran)
L'enfant aura accumulé des souffrances et va chercher des moyens pour les les évacuer. Une frustration du type un biscuit cassé pourra être une occasion que l'enfant va saisir pour décharger.
Il risque de gesticuler dans tous les sens, car il ressent des tensions dans tout le corps qui ont besoin de sortir, de s'évacuer.
L'important est de le mettre en sécurité, et de vous mettre en sécurité.
Vous pouvez lui proposer un coussin pour taper et laisser sortir tout cela de manière sécure. L'enfant a le droit de se mettre en colère, cependant certains comportements ne sont pas admis (jeter un jouet, taper son parent...)
" L'enfant a le droit d'éprouver de la colère, c'est l'émotion naturelle de la frustration."
Isabelle Filliozat - J'ai tout essayé
Une crise de rage dure en moyenne 15 à 20 minutes, cela peut vous paraître long, interminable, usant, fatiguant...
Restez tout simplement près de votre enfant, une présence silencieuse et aimante, qui lui permettra de vider son sac et d'être plus léger.
Voyez cela comme un cadeau, il se sent en sécurité prés de vous pour vous confier ces émotions. Il se sent écouté, accueilli, compris. 
image
EN PRATIQUE...
Je vous partage le témoignage de deux mamans qui ont accompagné les crises de rage de leur bambin de 2-3 ans, comme j'ai pu le conseiller sur le blog dans l'article "Faire la paix avec sa colère"
  • Témoignge de Daphné, maman de Florent:
Mardi soir, j'ai eu droit à une crise, la cause : il cuisine avec moi, et au moment de mettre la semoule de la polenta dans l'eau bouillante, il ne voulait pas, il voulait jouer à verser/déverser (j'avais aussi prévu d'autres verres et un surplus de semoule pour son jeu).
Je lui explique que l'on divise en deux la semoule, un peu pour lui et son jeu et un peu pour moi pour cuire dans l'eau.
L'eau frémissante, je prends le verre et verse la semoule... Et là !! Catastrophe...
En 2 secondes il est parti...
Il se met dans un état possible, il crie fort, tape des pieds, évidemment "pas maman", et il commence à me taper...
Je suis évidemment tes conseils, je lui explique que je comprends qu'il voulait encore jouer, mais qu'il était temps pour moi de faire cuire comme je lui avais expliqué, je lui dit que je comprends qu'il est en colère et que je suis là pour écouter ses émotions.
Lorsqu'il essaye de me taper (souvent au visage), je lui dis que l'on ne tape pas sa maman, que s'il a besoin de taper je peux lui donner un cousin où là c'est autorisé... Et là, il a pris le cousin, "non pas cousin", et l'a jeter derrière le canapé pour ne plus le voir...
Cela à durer bien 15 minutes... Je vois qu'il pleure dans la souffrance, son corps tremble, ça fait mal...
Et tout d'un coup, il respire et se jette dans mes bras et me réclame son doudou... Je le serre très fort, je lui donne le plus de réconfort et d'amour possible !
Il reprend ses esprits... doucement... je le sens bien dans mes bras, en sécurité... un besoin...
Puis, il me dit :
- maman, moi pleure
- oui mon coeur tu as pleuré
- oui
- pourquoi tu as pleuré
- fâché
- tu as été fâché parce que tu voulais jouer avec la semoule
- oui
- tu sais j'ai compris mon coeur
- maman t'aime fort...
Ce jour là j'étais en bonne condition pour l'accompagner dans ces pleurs, à la maison, mais dimanche quand il nous a fait ça sur un parking, et bien c'est plus pareil !! Difficile de prendre sur soi...
  • Voici également le témoignage de Karine, maman de Rose:
Ma fille a un tempérament de feu, forte de caractère elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, boude, râle... Bref un rêve!
Hier énième conflit pour rien (j'veux mettre le savon sur le gant, l'eau est trop ci, j'veux enlever ma chaussette, j'y arrive pas... Bref en 20 min florilège de chreugneugneu. Je l ai mise en face de moi, elle m'a défiée pendant 15 min (très long a moins de 3 ans) et hurlait... Et dés que la machine était un peu calmée elle repartait de plus belle. J'ai pensée a toi Laeti et je lui ai demandé de hurler encore plus fort, "sort moi toute ta colère qui est dedans"... Elle a crié, 3/4 fois un peu plus fort... Et puis avait l air toute vide, quand je lui ai dit "encore" elle a dit "j'y arrive pas". Je lui ai demandé si elle avait encore de la colère dedans elle me dit oui puis non puis "suis criste Moman". Je lui ai fait un câlin elle m a serrée très fort, je lui ai dit que je l aimais... Et on a découvert un nouveau livre ensemble.
Le soir elle a mangé tout son repas en papotant de sa journée, ce qui n est pas arrivée depuis des mois.
Le rapport de force de fonctionne pas avec ma fille, depuis sa naissance, elle nous défit, mais depuis hier pour la première fois, je semble avoir réussi a la rassurer...
Merci Laetitia !! Vraiment
" Chaque fois que l'adulte rassure, sécurise, console, câline l'enfant en le prenant dans les bras avec une attitude douce, chaleureuse, en prodiguant des gestes tendres, en adoptant un ton de voix calme, apaisant, en ayant un regard compréhensif, il aide l'enfant à faire face à ses émotions et à ses impulsions. 
Un comportement parental affectueux a un impact positif considérable sur la maturation de lobes frontaux de l'enfant. Il parviendra alors plus rapidement à gérer les émotions envahissantes et les impulsions de son cerveau émotionnel et archaïque." 
Catherine Gueguen - Pour une enfance heureuse